“L'argent ne fait pas le bonheur des autres...”.( Coluche)

Les décrets de mars 2007 et suivants ont donné « clef en main » le mode d’emploi pour agréer une école de formation ą l’ostéopathie. Il suffit de promettre d’enseigner le programme préconisé et le nombre d’écoles agréées ne cesse de croĒtre ; il faut croire que former ą outrance rapporte plus d’argent que de pratiquer réellement ; y aura t il un contrôle de l’enseignement réellement dispensé ? 

Trop d’écoles !

Cette situation inflationniste ne pourra pas durer plus de cinq ans, pour gagner rapidement de l’argent les écoles devront faire le plein d’élŹve dans les classes , peu importe si la qualité de l’enseignement y est sacrifiée, il faut rester fidŹle ą cet adage que “plus c’est cher, meilleur c’est !” alors le prix annuel pourra sans scrupule dépasser 5000Ř .

Trop cher !

Si 50 écoles peuvent sortir en moyenne 60 élŹves par an : dans 3 ans le nombre de praticien aura doublé, la demande des patients sera ą peine la mźme qu’aujourd’hui, la possibilité de vivre de son exercice va diminuer de faćon exponentielle. Dans moins de cinq ans, les écoles devront fermer, faute d’élŹves. Sortant du bac les prétendants ne se lanceront plus vers un secteur “d’exercice ostéopathique limité” saturé , la qualité de formation aura tellement baissé qu’il sera impossible pour un patient de savoir s’il est entre des mains sěres ou non , la demande va alors diminuer, les agences agréées vont enregistrer les premiŹres demandes de reconversions professionnelles.

Trop de temps perdu !

Dans cette vision futuriste réaliste il est temps de prendre position : former en qualité et non en quantité! Assurer la pérennité de l’ostéopathie sans sacrifier ni le sens, ni l’essence de cet art : des bases médicales solides, une pratique sěre et diversifiée, une formation qualitative : ces critŹres existent : suivre le cursus des études de médecine et compléter par un diplôme universitaire en trois ans . Le SNMO reste persuadé que la filiŹre des études de médecine suivie par une spécialisation ostéopathique répond au mieux ą l’esprit de l’ostéopathie d’Andrew Taylor Still, ą la sécurité du patient et aux bonnes pratiques de santé publique.

La double peine : un patient victime d’une souffrance physique , psychique ou des deux devra aura une autre épreuve ą surmonter , celle de trouver parmi les porteurs du titre d’ostéopathe, celui qui aura été formé pour porter un diagnostic médical juste impliquant un traitement ostéopathique juste ou pas de traitement ostéopathique du tout.

Trop de laxisme , trop de dérives :

voilą ce que l’on trouve, entre autres, rattaché ą l’ostéopathie :

Puisque tout peut s’écrire, tout peut se dire, tout peut se vendre, nous dérivons loin de l’éthique médicale puisqu’aucun contrôle n’est prévu pour protéger l’usager. Les plaintes viendront sans doute émailler ces pratiques plus que douteuses :

…..“Une pratique ostéopathique fluidique et énergétique axée sur les mémoires corporelles”…..

…..“Etiopathie, ostéopathie, sympathicothérapie, auriculothérapie, ionocinŹse, scénar thérapie, effet Kirlian selon le Docteur Korotkov, mil-thérapie, champs magnétiques pulsés, médecine quantique ( biorésonance , morathérapie ) et oxygénation bio-catalytique permettront d’agir positivement sur tout un ensemble de pathologies.”…..

…..“Ostéopathe, spécialiste thérapies naturelles et douces Remise en forme,amincissement,massage huiles  Anti stress,soins,musculation douce,vitalité”…..

Trop d'ostéopathes...tue l'ostéopathe !!!!